CIRDoMoC
Centre International de Recherche et de Documentation sur le Monachisme Celtique

Categories

Accueil du site > Publications > Britannia Monastica > BM 5 > Texte D

26 août 2004
André-Yves Bourgès

Texte D

[p. 80] 2. *Vita IIa (texte D) BHL 5903

2a [1]

Quidam nobilis apud transmarinos [Britannos [2]] extitit, cui (Joanni [3]) cognomen erat Lex vel Regula [4], vir quidem genere regius, terra, familiis, opibus admodum opulentus. Qui, quoniam juxta divinum praeceptum leges utrique sexui convenienter aptabat, lex vel regula nominabatur. Is post desolationem Frixonum et Corsoldi ducis [5] nostram audiens desertam Cornugalliam, nullique nisi feris ac bestiis vacantem, melle cum equis, pecudibus ac sylvaticis fertilem, classe mare cum maximo comitatu transmeavit, regnum accepit, habitavit, excoluit. Post cujus decessum Daniel filius ejus regnum tenuit, cui successit filius ejus Budic.

2b

Huic vero Budic duo extiterunt filii : Melianus [corrigé : Meliavus] [6] videlicet et Rinodius [corrigé : Rivodius] [7]. Sed Melianus [corrigé : Meliavus] [8] fuit animo mansuetissimus, fide catholicus, spe in Domino certus, omnique probitate morum praecipuus. Qui dum post patrem [p. 81] septem annorum curricula in regno peregisset, infra quorum spatia nec pluviae gutta defluxit, nec terram nix infecit, nec gelu excoxit, nec tellus tamen proferre copiosissime fructus desiit ; sed ros diutinus quadam temperie terram temperabat, ut aestatis caloribus non aestuaretur, nec hyemis algores pateretur, verum plus solito quam in circumadjacentibus regionibus faecundaretur [9]. Heu talis ac tantus vir a fratre suo Rivodio in quodam colloquio invidiae causa perimitur ac si malitia remanentium promeruit, ut ille qui prodesse patriae poterat festine substraheretur ; ipse autem si quodlibet commisit per agonem martyrii purgaretur. Miracula enim ac virtutum insignia, quae per eum Dominus tunc et adhuc operatur, cunctis patefaciunt cujus meriti vir iste extitit, etsi huic operi inserenda minime putavi [10]. Rivodius, bonis omnibus execrandus, regnum invasit ac tenuit. Qui cum se pene cunctis exosum videret cupiditate illectus timens ne regno pro enormitate sceleris privaretur, unicum germani filium Melarium nomine jubet quaerere et inventum ad se adducere. Sanctus igitur Melarius, beati Meliani martyris filius, a Rivodio comite quaesitus reperitur, necandusque septennis curiae praesentatur [11].

2c

Quem cum milites membris elegantem serenisque obtutibus omnibus arridentem ac paternos vultus vultu conspicerent exprimentem, non passi sunt in [rayé : dominum suum] tam exiguae aetatis parvulum tam grande facinus perpetrare dominum suum ; sed tandem vix tot tantisque sancto puero sola vita conceditur ; nam manus dextera pesque sinister abscinduntur. Pius tamen famulorum affectus erga superstitem olim genitorem coegit filium diligere ac ei remedium inquirere atque manum argenteam et pedem aeneum sibi fabricare. O divina virtus, quae omnia quaecumque vis facis : nam miro modo manu metallica ac pede aeneo quidem operari potuit et proficisci [i]. Hoc miraculum cunctis Britanniae optimatibus notum extitit ( et [p. 82] populis qui obstupescebant [12] ) in novitate miraculi et admiratione exultationis. Quod audiens beati pontificis Corentini summus minister eum [rayé : nutriri fecit in] finibus regionis in coenobio, quo literariae disciplinae deditus degebat, secum adduxit. Qui ab eo nutritus et in ecclesia aliquantisper commoratus nulli vita, scientia ac moribus extitit secundus : erat enim innocentis vitae omnibus simplicitate delectabilis, vigore pudicitiae praeclarus, loquela, risu, potu ciboque abstinentissimus ; magis quam aetas sua permittebat, orationibus, vigiliis ac jejuniis vacabat ultroneus. In eo enim monasticam vitam incessu vultuque deprehenderes senilemque animum gravitate mansuetudinis in puero considerares, torpentemque animo vel otiosum nunquam eum reperires. Furtivasque preces ac elemosymas absconditas facere solitabat et cum tantae ingenuitatis esset quasi emptitias, obedientiam cum reverentia majoribus exhibebat. Hic de virtute in virtutem proficiscendo septem annis, quanto praeconio bonae indolis fama eum quotidie exaltabat, eo magis cor patrui invidia dietim moestificabat. Eum enim procurator pontificis nutritio commendaverat in finibus regionis, unde palam quod in nepote inchoare non audebat nisi suos offenderet, quippe cui gratia Dei pene cunctos simplicitate amabilis vitae devincebat [13], clam arte perpetrare conatur subdola [14] : sancti namque pueri nutritium invitat ad prandium ; cui cibo potuque referto multa promisit praemia daturum, ac sui insuper regni se esse bajulum, si per eum suus Melarius pateretur interitum [15]. Ad quem respondens : « si mihi, ait, erogas ex uno Cornubiae montium quantum terrae perspiciam spatium, meisque post me perenniter filiis, excepto me consilio conjugis fisus, aggrediar quod hortaris ». Principe vero promissa spondente sequi fiducialiter, nutritor domum rediit et cur se invitaverat conjugi pacta sibi ac filiis reseravit. Ipsa annuens consiliata est quemque debere suo post se providere generi, neminemque diutius impune posse resistere potestati. Ille autem consilio uxoris roboratus et ad principem cum primogenito item reversus, spondensque sibi factionem ab eodem sponsionum securitates quas petiit est amplexus.

[p. 83] 2d

Sed dum fiduciales accipiebat, uxor sero male dati poenitens consilii sui, commiserans innocentis alumni, usque ad castellum Comori, regis Francorum praefecti [16], cum eodem trans montem aufugit. Fugientes vero vir e vestigio insecutus quoadusque manebant pervenit ; quem cum sanctus puer aspexisset, hilaris ei occurit ac deosculans collo nutritoris insiliuit. O columbina simplicitas [17] : pro nutritore osculatur traditorem, parentem sperat peremptorem ! O rabidi cor canis non hominis ! O perfide [18] apostata crudelior Scytis atque piratis [19], filium enim vocans quem deoscularis, quem occidere moliris ; una paropside unoque cipho secum comedens bibis, quem jugulare paciscens [20] meditaris. Non Scarioth praeter te parem reperiere, quem solus imitaris crudelitate. Quid plura ? [21] Cogit tandem vir mulierem coeptum sibi consentire flagitium nunc minis nunc blanditiis. Ventum est igitur dormitum : agnus intra lupos accubat ; inter tigridem et leonem hinnulus habitat [22]. Ita Domini exemplo inter duos latrones mitissimus Melarius dormiebat, quem secum dormientem ut jumentum nihil mali suspicantem decollaverunt. Cujus sanctum caput truncato corpore secum asportantes, dum per abruptas oppidi fossas fugientes se praecipitarent, portis enim firmatis aliter exire nequibant, natus Justinus nomine insiliendo collum fregit. Pater autem Rivodio sanctum caput exhibens pacta sibi acquisivit. Rinodius [corrigé : Rivodius [23]] autem exultans, ei jussit montem quem vellet ascendere ut meritam mercedem perciperet. Qui ascenso monte Cuti [24], dum pretium flagitii prospiciendo sumere putaret, oculorum lumine privatus extitisset, per excessum cadentibus [p. 84] ibidem tabefactus [i] interiit. Quod audiens Rinodius [corrigé : Rivodius [25]], pavore maximo perculsus ac per hoc aegrotatus, tertia die utramque vitam perdidit.

2e

Sic ultio divina vindicare martyrem suum non protelavit ; merito ejusdem martyris concessit judex vivorum et mortuorum, ut filius turpi morte vitam finiret, pater autem turpius interiret, patruus vero avarus suo molimine cassatus omnia cum vita perderet, martyr autem Melarius supernorum coetibus inter martyrum cohortes deductus in coelesti regno triumpharet perenniter gloriosus [26].

Traduction

2a

Il y eut chez les Bretons d’outre mer un noble personnage (Jean) dont le surnom était la Loi ou la Règle, issu de lignée royale et abondamment pourvu de terres, de serviteurs et de richesses. On l’avait surnommé la Loi ou la Règle parce que suivant le précepte divin il appliquait les lois d’une manière conforme à chacun des deux sexes. Apprenant qu’après la désolation causée par les Frisons et le ‘duc’ de Corseul [27], notre ‘Corne de la Gaule’ était déserte, vide de tout sauf de bêtes sauvages, fertile en miel, en chevaux et en gibier, accompagné d’une très grande escorte, il traversa la mer au moyen d’une flotte, occupa cette région, l’habita et la fit cultiver. Après sa mort Daniel son fils exerça le pouvoir, à qui succéda son fils Budic.

2b

De Budic naquirent deux fils, à savoir Meliau et Rivod. Mais Meliau avait le coeur tout empli de bonté, il avait la foi catholique, l’espérance certaine dans le Seigneur et l’extrême [p. 85] honnêteté des moeurs. Après son père, il régna sept années durant lesquelles nulle goutte de pluie ne tomba, nulle neige ne vint recouvrir le sol, nulle gelée ne vint la dessécher ; et cependant la terre ne cessa de produire des richesses en abondance. Car une rosée durable la tempérait d’une certaine fraîcheur afin qu’elle ne fût pas brûlée par les chaleurs de l’été, qu’elle n’eût pas à souffrir des froids de l’hiver et qu’elle fût vraiment plus féconde que ce n’était habituellement le cas dans les régions voisines. Hélas, un homme d’une telle grandeur est assassiné par envie par Rivod son frère, à l’occasion d’une certaine assemblée, comme si la malignité des habitants méritait que leur soit brusquement soustrait celui qui pouvait être utile au pays. Quant à lui, s’il s’était rendu coupable de quelque chose, il s’en trouva purifié par l’épreuve du martyre. Les miracles et les marques de puissance, que par lui le Seigneur, alors et jusqu’à maintenant, a produit, ont fait connaître à tous de quel mérite cet homme avait fait preuve — bien que j’ai réduit au minimum ceux à insérer dans le présent ouvrage. Rivod, exécré par tous les hommes de bien, envahit et occupa le royaume ; et comme il voyait qu’il était haï par presque tout le monde, dévoré par la cupidité et craignant que pour l’énormité de son méfait il ne fût privé de son royaume, ordonna que l’on cherche et, après l’avoir trouvé, qu’on lui amène Melar, le fils unique de son frère. Ainsi donc saint Melar, le fils du bienheureux Meliau martyr, que le comte Rivod avait réclamé, fut-il retrouvé et présenté devant la cour à l’âge de sept ans pour être occis.

2c

Quand les chevaliers le virent bien formé de ses membres, plaisant à tous par ses regards paisibles et exprimant en son visage les traits de son père, ils ne voulurent pas accepter que leur seigneur commît un si grand crime sur un enfant en si bas âge ; mais enfin c’est à peine si par [l’intervention de] tant de gens la vie seule est accordée au saint enfant, car on lui coupa la main droite et le pied gauche. Néanmoins le pieux sentiment des serviteurs à l’égard du maître, feu le père [de Melar], les inclina à aimer le fils, à lui quérir remède et à lui fabriquer une main d’argent et un pied d’airain. Ô puissance divine, tout ce que tu veux tu le fais : ainsi, miraculeusement, avec cette main métallique et ce pied d’airain, il put en vérité agir et circuler [28]. Ce miracle fut connu de tous les grands de Bretagne , eu égard à la nouveauté du miracle et au merveilleux d’une telle élévation. [p. 86] Quand le ‘principal serviteur du bienheureux évêque Corentin’ [= l’évêque de Cornouaille] [29] apprit cela, il l’emmena avec lui aux confins du pays dans un monastère où il [= l’évêque de Cornouaille] passait son temps voué à l’étude des lettres [30]. Elevé par ce dernier, Melar demeura assez longtemps dans le monastère [31], ne le cédant en rien à personne dans la vie, dans la science et dans les moeurs : en effet, il était de vie innocente et délectable à tous par sa simplicité, il brillait par la vigueur de sa pureté, il était très abstinent de parole, de rire, de boire et de manger ; plus que son âge ne le permettait, il donnait librement son temps aux prières, aux veilles et aux jeûnes. Ainsi tu eusses saisi en lui, au travers de sa démarche et de son allure, ce qu’est la vie monastique, — tu eusses examiné chez cet enfant, au travers de la vigueur de sa mansuétude, ce qu’est la maturité de l’âme, — et jamais tu ne l’eusses découvert dans la torpeur morale ou [celle de] de l’oisiveté. Il avait l’habitude de faire des prières dérobées et des aumônes cachées que sa grande ingénuité déguisait comme des achats. Il montrait avec révérence de l’obéissance à ses supérieurs. En ce lieu, durant sept années, il prospéra de vertu en vertu ; et plus chaque jour, au travers de sa réputation de bonne nature, sa renommée l’exhaussait, plus le coeur de son oncle par envie s’affligeait. Puis le ‘procureur de l’évêque’ [32] l’avait confié à un ’nourricier’ aux confins du pays. Dès lors, ce qu’il [= Rivod] n’osait entreprendre ouvertement contre son neveu, au risque de mécontenter les siens puisque la grâce de Dieu les avait presque tous attachés à Melar par la simplicité de sa vie aimable, il entreprend alors de l’accomplir secrètement par une ruse perfide : il invite à un festin le ’nourricier’ du saint enfant ; et l’ayant rassasié de manger et de boire, il promit de lui donner de grands biens et en outre d’être le ’bailli’ de son royaume [33] si par lui son Melar était occis. A quoi l’autre répondit : « si tu me donnes à moi, et après moi à mes fils pour toujours, autant de terre que je pourrai en apercevoir depuis l’une des montagnes de Cornouaille, et assuré par le conseil de ma femme, je ferai ce que tu me demandes ». Le prince prenant l’engagement que ses [p. 87] promesses seraient fidèlement tenues, le ’nourricier’ retourna à sa maison et découvrit à sa femme et à ses fils pourquoi il avait été invité et quel était pour lui le contrat. Sa femme y consentit et lui donna avis qu’on devait après soi pourvoir à l’établissement de son lignage et que nul ne pouvait d’ailleurs résister impunément au pouvoir. Ainsi, affermi par le conseil de sa femme et retourné avec son aîné chez le prince, il promit à ce dernier de faire la besogne et reçut du même, comme il le réclamait, la confirmation de ces engagements.

2d

Cependant qu’il recevait ces ’sûretés’, sa femme se repentant tardivement de son conseil et prenant en pitié son innocent ’pupille’, s’enfuit avec celui-ci au travers de la montagne jusqu’au château de Commor, préfet du roi des Francs. Mais, suivant à la trace les fuyards, le mari parvint au lieu où ils résidaient ; et, sitôt que l’enfant saint l’aperçut, il courut joyeux vers lui et sauta au cou de son ’nourricier’ en le baisant. Ô candeur colombine, il embrasse un traître à la place de son ’nourricier’, un meurtrier là où il attend un père ! Ô coeur de chien enragé non d’homme ! Ô perfide apostat plus cruel que les Scythes et les pirates : tu appelles ton fils celui que tu embrasses et que tu ourdis de tuer ; tu manges avec lui au même plat ; tu bois à la même coupe que celui que tu as en vue d’égorger, comme tu t’y es engagé ! On ne trouvera en dehors de toi nul autre pareil à [Judas] Iscariote, auquel toi seul ressembles par la cruauté. Quoi de plus ? Enfin bref l’homme poussa sa femme à consentir au forfait en cours, tantôt par menaces, tantôt par caresses. Arrive donc le moment de dormir : l’agneau repose entre les loups ; le faon cohabite avec le tigre et le lion. A l’exemple du Seigneur, le très doux Melar dormait entre les deux larrons ; et ils décapitèrent celui qui dormait avec eux, tel une bête de somme qui ne soupçonnait rien de mal. Ils séparèrent sa tête sainte d’avec le corps mutilé ; et l’emportant avec eux, comme ils fuyaient précipitamment par les fossés abrupts de la forteresse — ils ne pouvaient sortir autrement car les portes étaient en effet fermées — le fils nommé Justan se brisa le cou en sautant. Quant au père, montrant la tête sainte à Rivod, il entra en possession des choses convenues ; Rivod qui exultait lui ordonna de monter sur la montagne qu’il voulait pour qu’il touchât le salaire qu’il avait mérité. Ayant gravi le mont Frugy, pendant qu’il croyait pouvoir s’approprier par un regard porté au loin le prix de son ignominie, il se retrouva privé de la lumière des yeux et au surplus, [ses yeux] tombant, au même moment il mourut liquéfié. En apprenant cela, Rivod fut terrassé par une grande peur et, malade de cet effroi, il perdit l’une et l’autre vie le troisième jour.

[p. 88] 2e

Ainsi la vengeance divine ne différa point de venger son martyr ; et le juge des vivants et des morts voulut, à cause du mérite dudit martyr, que le fils terminât sa vie par une mort honteuse, que le père mourût plus ignoble encore, enfin que l’oncle cupide, n’aboutissant à rien par son intrigue, perdît toutes choses avec la vie ; et que le glorieux martyr Melar, conduit par les troupes célestes au royaume des cieux, triomphât sans fin entre tous les martyrs.entiel du texte. Quant au très court L, sa comparaison avec G fera suffisamment ressortir leur proximité pour justifier l’absence d’une traduction spécifique.

Documents joints

Notes

[1] Il est probable que le texte complet de la *vita IIa s’ouvrait par un prologue, sans doute conservé par un des mss de la *legenda sancti Melarii, et dont on peut retrouver la trace en 3a (texte B).

[2] Restitution d’après F.

[3] « Ce mot Joanni n’est que dans un seul ms., les autres ne l’ont point » : note marginale sur laquelle A. de La Borderie a donné son opinion : « note de l’écrit. de D. Brient mais qui doit être de Du Paz, car D. Brient n’a vu, ce semble, que la copie de Du Paz qu’il a transcrite ». — F donne la variante Johanni pour Joanni.

[4] Glose marginale : Reith, également de l’écriture de Dom Briant et dont on peut sans doute lui imputer le fonds ; il s’agit d’un rapprochement entre le surnom de regula donné à Johannes et le nom breton Jahan Reith qui figure dans la généalogie mythique des comtes de Cornouaille (R.F.L. Le Men et E. Ernault, « Cartulaire de Landévennec », p. 576-577). — Depuis A. de La Borderie, Hist. de Bretagne, t. 1, p. 373-376 jusqu’à L. Fleuriot, Les origines de la Bretagne, p. 145, la plupart des auteurs ont accepté cette identification, laquelle renvoie moins d’ailleurs au problème de la réalité historique du personnage qu’à celui des sources utilisées par l’auteur de la *vita IIa et qui lui ont inspiré le passage en question (voir au chapitre « Datation et circonstances de la composition des deux vitae de saint Melar »).

[5] « Corsoldus et les Frisons est pris d’Ingomar qui l’avait trouvé dans les fables » : note marginale également de l’écriture de Dom Briant et dont on peut sans doute lui imputer le fonds. C’est P. Le Baud, Cronicques des Roys, Ducs et Princes de Bretaigne…, p. 63-64, qui attribue à « Ingomarus prebstre au commencement de l’Histoire saint Judichael roy de Domnonense », où serait rapporté l’épisode de Corsoldus et d’Aleta, la formule ut a fabellis inveni relative au même épisode tel qu’il figure dans la Chronique de Saint-Brieuc, p. 228 ; mais R. Fawtier, « Ingomar, historien breton », p. 197, pense qu’il n’ y a aucune raison d’en refuser la paternité au chroniqueur anonyme de Saint-Brieuc. — Par ailleurs, plutôt que de s’obstiner à ‘rajeunir’ Ingomar, comme l’avait tenté avec une mauvaise foi évidente R. Fawtier (p. 198), démarche qui s’est révélée évidemment stérile, il conviendrait mieux de discuter l’attribution de l’ensemble du dossier hagiographique de saint Judicaël à un seul auteur, et auteur du XIe siècle, en l’occurrence Ingomar ; ce dossier complexe, tout à la fois lacunaire et interpolé, mérite une édition critique, même si la majeure partie des textes dont il est question ne doit pas remonter au delà du XIIe, sinon du XIIIe siècle, comme le disait déjà R. Fawtier (p. 200-202) ; et même si, mais cette fois contre l’avis de ce dernier (p. 196), il y eut peut-être pluralité d’auteurs.

[6] Correction, procurée par F, effectuée sur la copie de Dom Briant par lui-même ou par un de ses confrères avant la publication de D en 1742 par Dom Morice.

[7] voir n. précédente.

[8] voir n. 6.

[9] La Vie rimée en anglo-normand fait une description très similaire du miracle ’climatique’ dont bénéficia pendant sept ans le royaume de Meliau : Avint qe en le(s) set aunz ne plovoit jour ne nuyt / Ne glace en la terre ne gelee aparust / E nepurquant la terre ne lessa pas son bon fruyt / Einz fu abundaunte en tuz byens qu Meliau ust.

[10] C’est sans doute l’indication que le texte D constitue l’abrégé d’une source plus abondante, en particulier plus riche de détails sur Meliavus et qui doit être la *vita IIa . Font également défaut les précisions sur l’épouse de celui-ci que rapportent pourtant G (Genitrix autem illius erat de Devonia regione, Haurilla nomine, ex Rivoldi comitis stemmate, qui a transmarinis partibus quondam advenerat) et Y. Arrel, Vie de saint Melaire…, p. 26 (Haurille, fille du comte Ryvoal, souverain de Domnie ou Léon).

[11] G, conformément d’ailleurs à la tradition tranmise par la *vita Ia, évoque une véritable assemblée plénière (Hunc itaque Melorum scelestissimus pervasor regni fraticidaque nephandissimus Rivoldus comprehensum, deduxit inter primates in Cornubie concilium condempnandum. Erant quippe in eorum conventu episcoporum nonnulli, innumerabiles vero clerici ac ephebatorum cohortes).

[i] Adeo siquidem quotidie crescebat nec manus [argentea] etiam pes aeneus quemadmodum solent in reliquis pueris naturalia carnis membra excrescere quibus operari potuit et proficisci : addition marginale de la main de Dom Briant ; le texte est quasi identique à G (adeo siquidem manus sancti Melori argentea crescebat et pes eneus, quemadmodum solent in reliquis pueris naturalia carnis excrescere membra). Le vieux ms. de Lanmeur donnait le texte suivant : Mais l’ange appliqua à Melar une main d’argent et un pied d’ayrain dousquels il besoigna comme si charnels oussent esté de faict ; et si croissant l’aage sembloint la main d’argent et le pied d’ayrain aussi croistre. Voir également Y. Arrel, Vie de saint Melaire…, p. 29 : On luy fit une main d’argent et un pied d’ayrain desquels par un miracle très grand il se servit tandis qu’il vescut comme de ses naturels ; et à mesure que son corps croissait, ces membres metalliques croissaient pareillement.

[12] Addition en interligne.

[13] Le ms. porte devinciebat, faute.

[14] Voir G : Hec autem dicebat quia si voluisset eum palam interimere metuebat ne sui eum milites eruerent. Ideoque clam volebat eum interfici.

[15] Voir G : Invitavit beatissimi nutritorem Melori ut secum pranderet. Quod ipse facere, nequaquam distulit. Interea, illis prandentibus, de sancto Meloro cepit habere colloquium, dicens : « si perimeris clientem tuum Melorum, faciam te auri argentique ditissimum ». — Bajulum dans D est une réminiscence, avec une interprétation fallacieuse, de la glose bajulus qui figure dans P.

[16] C’est le titre que porte Commor dans les Vitae IIa et IIIa Tudualis, dans la Vita Hoarvei et dans la Chronique de Saint-Brieuc.

[17] L’expression empruntée à Mt, 10, 16, était particulièrement appréciée des hagiographes bretons, puisqu’on la retrouve dans la Vita Corentini et dans la Vita Jacuti.

[18] Le ms. porte perfidi, faute.

[19] Il faut peut-être comprendre *Parthis.

[20] Le ms. porte pasciscens, faute.

[21] Cette formule est sans doute l’indication que D abrège à nouveau la source à laquelle son auteur a puisé. Ce dernier a déjà omis de nous donner le nom du nutritor/nutritius de Melar qu’il désigne présentement vir ; il oublie également de signaler que c’est accompagné de son fils aîné que le personnage en question a rejoint les fuyards. Il ne dit pas non plus pourquoi Melar est allé chercher refuge au château de Commor, raison cependant connue de G (Quod audiens, uxor nutricii puerum secrete ad amitam suam misit). Y. Arrel, Vie de saint Melaire…, p. 49, s’est un peu embrouillé dans ces histoires de famille et fait notamment une confusion entre le nom de Budicus, réputé celui du père de Meliau, de Rivod et de la femme de Commor, et le nom du château de Buccidus (= Beuzit en Lanmeur) assimilé à Boiséon (également en Lanmeur) : il indique que que Commor avait épousé la fille du Baron de Buccidus, son frère ou son oncle ; cette confusion paraît être liée à la formulation fallacieuse du texte contenu dans le vieux ms. de Lanmeur qui dit que Commor était marié à une belle princesse fille du comte Buccidus, frère doudict Comorus.

[22] Cf. Is., 11, 6.

[23] Voir n. 6.

[24] Il faut lire *Cuci.

[i] Tabefactus, littéralement « liquéfié », est le rappel de la formule qui se retrouve à la fois dans M et T : et caro ejus liquefacta est sicut solet liquefieri cera a facie ignis.

[25] voir n. 6.

[26] A la suite du texte, son transcripteur a ajouté une notule qui précise : Haec ex apographo P. Du Pazii.—Ex veteri breviario Leonensi, VI non. octob., Lectio I : In exordio Christianae religionis quidam christianissimus rex apud Britannos extitit nomine Budic cui extiterunt duo filii, Melianus [corrigé : Meliavus] ac Rivodius, etc quae supra stylo breviori ; nisi quod beati pontificis Corentini summus minister nutriri tantum fecit in finibus regionis ; nihil de monasterio et ejus inter monachos educatione et conversatione.

[27] Comme le souligne L. Fleuriot « la Vie de saint Melar parle de la désolation infligée par les Frisons et le « dux de Corseul » (Corsolt). « Corsoldi ducis », mal interprété est devenu facilement « du dux Corsolt », après avoir été correctement compris « du dux de Corsolt ». La personnification des villes en a été facilitée. Ce dux de Corseul a probablement dû sévir contre des Bagaudes plus ou moins aidés par les Bretons interprétant librement la mission qui leur avait été confiée de défendre le pays contre les Saxons. » (Les origines de la Bretagne, p. 132-133). Mais faute d’une datation correcte de la *vita IIa de saint Melar à laquelle il emprunte ce détail, L. Fleuriot n’a pas pu tirer toute les conclusions de ses intéressantes remarques, en particulier pour ce qui regarde la datation de « l’Histoire Saint Judichael roy de Domnonense » dont subsiste un fragment sous le titre De sancto Judicaelo rege historia dans le dossier hagiographique de saint Judicaël signalé ci-dessus n. 5.

[28] Le texte alternatif donné en marge doit se traduire : « à tel point croissaient chaque jour, non seulement la main [d’argent] mais aussi le pied d’airain — autant qu’ordinairement croissent chez les autres enfants leurs membres naturels de chair — qu’il put grâce à eux agir et circuler ».

[29] L’évêque de Cornouaille dont le siège à Quimper était souvent désigné par le nom du fondateur présumé de l’évéché et patron de la cathédrale, saint Corentin ; ce dernier est ici qualifié pontifex.

[30] L’auteur de la *vita IIa donne des indications qui n’étaient pas dans la *vita Ia : sans doute a-t-il une arrière-pensée en situant le monastère où fut élevé Melar, non pas à Quimper mais aux confins de la Cornouaille, localisation qui doit se rapporter à l’abbaye Saint-Guénolé de Landévennec ou plus sûrement encore à celle de Sainte-Croix de Quimperlé.

[31] Le texte latin dit ecclesia et Dom Lobineau indique (Vies des saints de Bretagne, p. 62) : « Après qu’il [Melar] eut passé sept ans dans ce monastère, ou dans l’église de Quimper, car il n’est pas aisé de deviner là-dessus quel est le sens de la narration qu’on trouve ses actes ». Mais l’emploi d’ecclesia pour désigner un monastère est attesté.

[32] Malgré l’avis de Dom Lobineau qui incline à reconnaître dans ce procurator un officier de la cour épiscopale, cette nouvelle formule désigne encore l’évêque de Cornouaille, présenté comme le vicaire du pontifex saint Corentin.

[33] ’Bailli’, terme privilégié par Dom Lobineau, Les Vies des saints de Bretagne, p. 62, est attesté pour la première fois en 1155 (Du Cange, Bajulus, § 4) : il appartient au vocabulaire féodal et désigne un officier royal.